l’heure bleu

Lorsque je me lève les yeux du livre, la lumière est en train de s’écouler par la fenêtre comme un ruisseau bleu infini. Même l’air est teinté en bleu, tel que de l’encre. J’aspire cet air liquide comme si je l’injecte dans mes veines. J’ignore s’il s’agit de ma tristesse qui s’extériorise et s’empare de l’espace, ou si le monde physique, subissant d’une réaction affective quelconque, s’est métamorphosé en une substance intangible que j’assimile, et qui me consomme.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s