Monthly Archives: May 2017

love, at last

I love you like a poem
metaphors, and
soft-spoken, and
hidden meanings,

but also like a novel
a history book
a research paper
a scientific mag, and
always
on our reading list.

Advertisements

“De nulle part à nulle part”: Enquête du printemps

Cette synthèse de rapports a été produite à la suite d’une enquête menée sur une période de 3 mois du mars au mai 2017. Étant donné la spontanéité avec laquelle l’enquêtrice a procédé à sa mission, les dates de début et de fin restent indéterminées. Cette enquête a été conduite dans des lieux divers qui peuvent être tous définis comme “nulle part”. Le projet de l’enquête s’intitule ainsi “De nulle part à nulle part”, dans le plein respect de l’esprit de la flânerie – à la fois une discipline scientifique et une méthodologie émergente.

Mars 2017: Rapport Premier

L’enquêtrice constate que le nombre d’indices repérées empiriquement demeure insuffisant pour confirmer l’arrivée définitive du printemps. Compte tenu de la nature capricieuse du sujet, une perspective “émique”, c’est-à-dire s’appuyant sur la subjectivité de l’observatrice qui devient elle-même le sujet informateur, sera indispensable. Cette approche permettra de recueillir des preuves intangibles telles que le sentiment d’être revitalisé à la vue des boutons floraux, ou l’agitation de l’âme au souffle du vent.

L’enquête se poursuit.

Avril 2017 : Rapport final

L’enquêtrice, atteinte d’une dépendance à la mélancolie hivernale, est incapable de poursuive l’enquête dont la finalité risque de lui causer une violence sentimentale.

L’enquête se termine.

Mai 2017 : Rapport de suivi

Malgré l’annulation du projet, l’enquêtrice, ayant développé un sentiment d’attachement au sujet d’étude, s’obstine dans son observation ce celui-ci, un exercice qu’elle pratique quotidiennement de manière instinctive. D’après les dernières preuves empiriques, le sujet entre actuellement dans la phase d’extinction. Il serait donc souhaitable de reprendre l’enquête dans des conditions nouvelles, en ciblant un autre sujet d’investigation. L’enquêtrice propose, pour l’instant, de définir ce sujet naissant comme “été”.

l’heure bleu

Lorsque je me lève les yeux du livre, la lumière est en train de s’écouler par la fenêtre comme un ruisseau bleu infini. Même l’air est teinté en bleu, tel que de l’encre. J’aspire cet air liquide comme si je l’injecte dans mes veines. J’ignore s’il s’agit de ma tristesse qui s’extériorise et s’empare de l’espace, ou si le monde physique, subissant d’une réaction affective quelconque, s’est métamorphosé en une substance intangible que j’assimile, et qui me consomme.