L’utilité et le sens

J’ai 21 ans, enfin, bientôt. Le samedi soir, je reste chez moi. Dans ma chambre, enveloppée d’un pull, une écharpe autour du cou. Mon corps sent l’huile essentielle. Je suis malade – atteinte d’un rhume, ou d’une grippe. Nez bouché, corps fatigué, mal à la gorge, légère fièvre (qui pourrait être imaginaire).

Ceci est mon énième tentative de réflexion sur soi. Malheureusement, mon cerveau refuse de fonctionner à cause de l’état fragile de ma santé. En ce moment, je n’ai envie de rien faire. Prise d’une lassitude profonde, je ne trouve aucune motivation à effectuer une activité physique (manuelle) ou intellectuelle. Et pourtant, je me sens pressée, presque obligée de faire quelque chose d’utile. Ah, « utile », cette obsession de l’homme moderne ! Selon l’un des pragmatistes américains, une chose n’existe que si elle est utile. L’utilité d’une chose détermine son existence. Cela s’applique par la suite à l’homme, car l’homme est fait d’idées, et une idée, c’est une chose. « A quoi est-ce je sers ? », demande Samuel Beckett. Je le cite parce que la phrase m’a marquée, d’ailleurs c’est la seule réplique dans la pièce de théâtre En attendant Gogo que je connaisse. En fait, toute ma connaissance de Beckett se résume à cette question, mais je pense que cela suffit.

Servir à quelque chose, est-ce que l’équivalence d’avoir du sens ? Ou plutôt le contraire ? Le sens est subjectif, alors que l’utilité est objective, observable et mesurable. En insistant sur le sens, on accorde l’importance au sujet et au monde intérieur, tandis que l’utilité renvoie à la place du sujet dans le système et à ses relations aux autres. Cela me ramène à mon problème énoncé au-dessus. Je voulais faire quelque chose d’utile, mais utile pour qui, et pour quoi ? Je ne saurais pas répondre. Peut-être pour moi, mais alors, si je suis bénéficiaire de mon action, pourquoi ne suis-je pas motivée à agir ?

Affaire à suivre.

Advertisements

3 thoughts on “L’utilité et le sens

  1. oldsoulvision

    Je viens tout juste de terminer la lecture de quelques uns de tes articles et je suis charmé par cette douce et chaleureuse écriture qui est la tienne. Tes façons sont réconfortantes dans ce monde frisquet. Elles réchauffent telles des mains congelées sur une tasse de thé bien infusée. Merci nous partager ton petit monde

    Reply
    1. proverrance Post author

      Je suis assez timide avec les mots, tout comme une étoile qui cherche encore sa lumière. Alors je suis très heureuse de savoir que mes mots arrivent à toucher une âme. Merci d’avoir atterrir sur cette étoile errante.

      Reply
      1. oldsoulvision

        C’est peut-être la réciprocité de cette quête qui a réuni nos âmes pour un bref instant. Il est difficile de briller dans cette réalité vide et pourtant sombre, mais ce soir tu as enluminé la mienne.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s