Passion simple

Je t’aurai appelée, bonjour, ça va. Et puis quoi?

Passion simple, Annie Ernaux.

Je viens de finir la lecture du roman Passion simple d’Annie Ernaux. Je suis accrochée et en même temps, fiévreuse, impatiente de me dégager de l’histoire, à cause des émotions intenses qu’elle suscite.

Ce que j’ai vécue depuis quelque temps, que j’ai pensé être un vide, est aussi le pesanteur qui a torturé l’âme de la narratrice.

C’est comme cette ville d’Avignon pendant les jours de mistral. Un coquillage vide rempli par des rafales turbulentes, sa seule source de vitalité.

Comment définir une femme amoureuse? Une femme qui aime un homme est une femme qui attend un homme. L’attente perpétuelle fait subsister le désir. La plénitude du coeur ne peut être atteinte que par l’épreuve du manque. Le bonheur est momentanée, tandis que la souffrance de l’absence persiste.

Je survis pour le jour où je te retrouve. Je survis pour que je puisse vivre un jour. Ne pense pas que c’est pour toi. Ne prétends pas que je suis subordonnée à ma passion dévorante dont tu es le déclencheur. C’est un choix délibéré de satisfaire à mon manque. L’égoïsme n’est plus ton apanage, j’en suis aussi capable.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s